dimanche 15 juin 2008

Le projet d’une chambre mauve…

C’est décidé : arbustes, vivaces et bulbes de couleurs mauve, lilas et consorts aujourd’hui dispersés (plus quelques tons pourpre, dont le sublissime rosier Charles de Mills) seront à l’automne tous regroupés… dans une chambre mauve. Rehaussés par des feuillages argentés (Hélichrysum, épiaire laineux…) et des touches de blanc. Ici ces teintes sont difficiles à intégrer dans les massifs et je déplace les végétaux plusieurs fois, sans satisfaction. A cause de la lumière? l’environnement plutôt : des toits de tuiles, des arbres dominants pourpres, bruns et jaunes. Pour éviter la déception, se décourager ou dénigrer une plante qui vaut bien mieux que çà je conseille de procéder autrement.
Quand une nouvelle plante nous séduit «en photo», quand on la connait encore mal, … d’abord la mettre en observation dans un coin fait pour çà, rassembler les plantes par couleur «pour voir» (avant de supposer des accords, quelquefois réussis du premier coup, souvent ratés). Au-delà des descriptifs aussi précis soient-ils, la qualité de sa terre, l’humidité ou la sécheresse, la luminosité influeront sur le comportement de la plante, la couleur de ses fleurs, ses dimensions. Acclimater les plantes à son jardin, une étape efficace qui permet finalement… de gagner du temps.

2 commentaires:

Silène a dit…

J'aime beaucoup votre idée d'une chambre mauve. J'associe les bleus-mauves avec plusieurs tonalités. Mais juste avec des feuillages gris et quelques pointes de blanc, en effet, ça doit être très frais aussi. J'y penserai ! Merci.

Dominique a dit…

Oui ...peut-être qu'à l'automne je tenterai de "réveiller" tout cela et d'introduire une note plus chaude. Affaire à suivre...Merci Silène.