mercredi 26 juillet 2017

Trompe l’œil !


 Les bergenias, originaires d'Afghanistan, Sibérie, Mongolie, Népal selon les espèces (6 espèces environ) réputées vigoureuses et résistantes au froid (ainsi qu'à la chaleur le bergenia cordifolia) ne sont pas si faciles à utiliser. Le feuillage et même les floraisons peuvent paraître "mastoc" surtout en grande masse. La célèbre jardinière anglaise Gertrude Jekill associait en lisière de son bois le bergenia cordifolia et l'arbrisseau persistant gaultheria shallon.

Aujoud'hui au Grand Launay le rendu est bluffant ! On pourrait croire des nénuphars émergeant d'un lit de petite lentille d'eau dans un bassin. Mais à y regarder de plus près, des bergenias (!) sur un tapis de helxine sans doute au nom latin si chantant (soleirolia soleirii) et au surnom adorable de "larmes d'ange". Un duo à réserver à la mi ombre, au frais, et en situation abritée car l'helxine, lui, craint le froid.

jeudi 20 juillet 2017

Le charme d’un jardin anglais



 Clare Obéron architecte paysagiste anglaise et bretonne d'adoption ouvre exceptionnellement son jardin personnel "La Maison" situé au sud-ouest de Dinan (22) : à l'occasion des Rendez-vous aux Jardins en juin et à l'automne. Le 4 juin 2017 au matin donc j'y étais : une promenade intimiste et beaucoup de charme dans les différentes séquences autour de la maison et un accueil chaleureux. 

Les ambiances se succèdent avec de subtiles transitions,les perspectives à peine suggérées conduisent le pas et incitent à aller toujours au-delà, ainsi au-delà du grand noyer (photo du haut). Les  plantes aux couleurs douces et complémentaires ne sont pas choisies pour leur rareté mais parce qu'elles s'entendent bien entre elles et sont justes dans ce cadre. 
 Un jardin de campagne qui évolue avec des tests et expérimentations de Clare Obéron, et toujours des projets. "Come and see. W'll come back!" (www.landscapes-et-cie.com) 

Geranium Brookside, alchemille mollis, salvia nemerosa "Caradonna", allium "Violet Beauty"


dimanche 16 juillet 2017

Qui l’eut cru ? Un topiaire de chêne

 Les semis de chênes sont une véritable contrainte dans les jardins boisés, particulièrement certaines années lorsque (en toute logique!) les glands sont prolifiques. Ils se répandent en tapis dans l'herbe ou s'insinuent partout entre les arbustes et les vivaces. 
Dans le jardin du Grand Launay, un semis de chêne s'est infiltré au pied d'une marche. Le jardinier a décidé (pour le moment?) de le tailler en boule. De quoi jouer en double voire en  triple avec le buis et l'if voisins.


dimanche 9 juillet 2017

Le Grand Launay, délicieux Rendez-vous aux jardins 2017



Dans le Centre Bretagne, au sud-ouest de Saint Brieuc, Le Grand Launay, créé autour d'une ancienne ferme manoir bretonne restaurée avec élégance, est labellisé Jardin Remarquable.
A juste titre.
Une des surprises et des chances pour ce jardin a été de redécouvrir dans la pente descendant vers le bois, une source et une fontaine, autrefois remblayées et enfouies dans une friche. Ces lieux, restaurés et réinventés par une succession de bassins, fils d'eau, mare "naturelle", sont un des charmes indéniables de ce jardin. Le Grand Launay fourmille aussi de détails inventifs qui ont retenu mon attention.

lundi 3 juillet 2017

Cap à l'Ouest


Temps de jardin revient ...avec un nouveau jardin...très différent à tous points de vue. D'un jardin de ville créé entre clôtures végétales et murs des voisins, d'un sol neutre et argileux gardant l'humidité, le changement est total : un site en partie boisé protégé, très "nature", en pente douce vers le fond du golfe, un paysage très fort qu'il ne s'agit pas de contrarier mais de sublimer, un sol léger et acide, sec ou frais selon les lieux, une surface quatre fois plus grande, un lieu quasi à l'abandon après une période frénétique de plantations horticoles il y a 40 ans. Et donc un challenge auquel je me suis attaquée à l'automne 2012 (ce qui explique en partie cela...).

  « Quand il s’agit de choisir des plantes ou des arbustes, beaucoup se trompent : ils ont en tête certaines choses qu’ils voudraient bien avoir, se plongent dans les catalogues et les commandent, ainsi que d’autres dont la description les a séduits, et ils plantent tout cela sans avoir réfléchi au comment et au pourquoi (….). Beaucoup d’endroits qui seraient très beaux si on les laissait presqu’intacts sont gâchés quand on supprime quelque élément naturel pour le remplacer par une plantation plus banale. » Gertrude Jekill. Extraits de Naissance d’un jardin. Textes choisis. Ed.Herscher. 1989


J'ai pris le parti de faire entrer le paysage dans le jardin jusqu'à la maison (et vice versa) afin de maintenir la maison en relation étroite avec son cadre naturel. Un jardin "sans limites" (cf. l'ouvrage de Paul Cooper. Jardins sans limites. Traduit en français et édité en 2004 par Octopus, toujours en vente). Avec une plus grande attention aux milieux d'origine des plantes introduites pour qu'elles se plaisent et réussissent ici (mais sans risquer qu'elles deviennent invasives). De quoi partager une foule de nouvelles expériences, observations, conseils pratiques, découvertes, n'est-ce pas? Sans oublier de récentes visites de jardins "coups de coeur".