mercredi 9 août 2017

Dans mes valises...

Réapprendre....Autre paysage, atmosphère, nature du sol : une terre nettement plus acide, légère et bien drainée, riche et humifère (pas partout!). J'ai dû faire des choix parmi toutes les plantes de mon ancien jardin de ville. Parmi les fidèles j'ai apporté des vivaces pour qu'elles se ressèment ici au pied d'un ancien talus bocager, ou parce qu'elles se transplantent sans souci (quelques arbustes aussi), qu'ils et elles "vont bien" dans ce site en pleine nature. (les photos au second printemps ).
Des vivaces qui se ressèment là où elles veulent...
Le corydalis cheilanthifolia (cf.article du 15 mars 2008)



Le lamium orvala, un méconnu, dans ses deux formes ici pourpre et blanche




Plusieurs heuchères faciles à transplanter (des classiques, résistantes et de grande longévité :   l'heuchera micrantha Palace Purple, la Chocolate Ruffles), l'heuchera Mint Frost très changeante au fil de l'année, argentée puis vert menthe aux veines pourpre, l'hiver pourpre aux veines argentées...


Des fougères, dont le polystichum polyblepharum, très beau toute l'année. Ici un jeune plant en pleine pousse printanière




2 commentaires:

Berthille a dit…

Très gracieux ce petit corydalis avec ses feuilles de fougères.

Dominique a dit…

Oui Berthille et contrairement à son aspect fragile, très costaud. Pas facile de le planter ou le transplanter sans casser une de ses feuilles mais il s'en remet sans aucun souci. Il fleurit discrètement et longuement d'un jaune "non pétant". Donc où qu'il se trouve dans une scène dorée, un massif dans les verts ou complémentaire aux blancs violets, je le trouve toujours "à sa place".