mardi 25 mars 2008

La fidèle des fidèles tulipe Purissima

Cette fois je suis décidée : dorénavant je m’en tiendrai aux tulipes botaniques (et très proches) comme cette tulipe Purissima (une tulipe Fosteriana connue aussi sous le nom de «White Emperor»). Une fidèle parmi les fidèles d’une année sur l’autre. Elle est chic en toutes circonstances, en grandes potées sur une volée d’escalier, devant des hellébores claires et foncées, entre des boules de buis ou parmi les massifs d’arbustes et de vivaces : ici au pied d’un rosier Ballerina avec l’origan doré et un sedum qui prendront le relais. Sa blancheur légèrement teintée d’ivoire (avant sa complète floraison) et son feuillage grisé contrastent merveilleusement avec tous les verts tendre. Cette costaude résiste au temps capricieux de mars. Elle ne m’a jamais déçue contrairement à tous ces bulbes, parfois coûteux, qui dégénèrent plus vite que leur ombre….

3 commentaires:

berthille a dit…

J'ai aussi abandonné toute idée de cultiver toutes ces belles tulipes qui me font rêver dans les massifs printaniers. Trop de déception dès la deuxième année.

Depuis deux ans, je me tourne vers les botaniques même si je trouve que leur multiplication n'est pas aussi prolifique qu'annoncé.

Dominique a dit…

Tout dépend des espèces peut-être et surtout des conditions de culture: se rapprocher (autant que faire se peut) des conditions d'origine. La multiplication n'est pas non plus évidente les deux à trois premières années. Les aléas de la météo (été sec ou pluvieux etc...) doivent jouer aussi.

sophie a dit…

cent fois d'accord avec toi! Les tulipes proches des botaniques, comme 'Purissima', sont de culture très facile, toujours au rendez-vous et se multiplient le plus simplement du monde. Cette année elles ont toutefois souffert des 30 cm de neige qui se sont abattus sur elles! Certaines ne récupèrent pas!