samedi 10 mai 2008

Promenons-nous dans le petit bois

Ou comment se créer à peu de frais et pour des années l’atmosphère d’un sous-bois dans un passage étroit et ombreux. A toute petite échelle, entre des arbustes, j’ai associé quelques vivaces qui sans souci «vivent leur vie» : Galium odoratum (anciennement appelé asperula odorata) aux minuscules feuilles en étoile, sceau de salomon (Polygonatum falcatum variegatum), fougère, petite euphorbe brune pour contraster (Euphorbe dulcis chameleon). Ces plantes apprécient la fraîcheur du printemps mais supportent bien les étés secs et chauds. Le sceau de Salomon, contrairement au muguet me semble facile à cultiver. Cultiver est un bien grand mot étant donné qu’il se débrouille tout seul, lançant çà et là ses tiges sans rien étouffer ni envahir (comme le muguet : pour celui-ci c’est tout l’un ou tout l’autre. Ou il disparait sans se naturaliser ou il galope et s’étale sans vergogne. Difficile dans ce cas de mélanger des feuillages). Les rhizomes traçants du sceau de Salomon s’accommodent du voisinage d’autres vivaces. Il peut aussi former un large massif même au soleil selon les variétés. Les polygonatum sont originaires de Chine ou du Japon (le polygonatum falcatum en vient), d’autres d’Amérique du Nord…ou d’Europe de l’Ouest. Une plante «bon compagnon» pour J.P. Cordier (Guide des Plantes vivaces. Horticolor).

3 commentaires:

Emma a dit…

Amusant car je viens juste d'en planter qq plants dans notre jardin; mais il etait dit ; full sun... je ne sais plus de quelle variete il s'agit, mais on verra si ils se plaisent en notre compagnie.
bises californiennes

berthille a dit…

Polygonatum multiflorum, indigène dans certaines forêts toutes proches et que j'ai introduit au jardin forme des touffes plus compacte que son cousin panaché.

Dominique a dit…

A Emma: il semblerait que le polygonatum "américain" (polygonatum biflorum) se plaise en terrain sec dans les bois....j'ai vu aussi ce printemps un grand massif de polygonatum en plein soleil, au coeur d'un jardin classique. Alors... donne nous des nouvelles!

A Berthille: merci de cette précision. Celui-là est donc un bon couvre-sol.