mercredi 5 décembre 2007

Avis de tempête

La fin de l’automne est peut-être pour les jardiniers à la fois la période la plus ingrate et la plus prometteuse....On s’astreint au «grand nettoyage» des feuilles qui volent, des branches qui pendent, des derniers fruits blets, entre deux averses ou sous les bourrasques. C’est le moment aussi de transporter compost (maison) et fumier de bovin ou cheval (en granulés) pour les épandre partout, au pied des arbustes et des vivaces (sans oublier la haie, le sol s’y épuise vite) en prévision de la reprise de la végétation au printemps.Tous ces gros sacs, ces allées et venues à pousser la brouette… Cela ne tournerait-il pas aux corvées, ne ferait-il pas douter du jardinage et du jardin ? ….Ce jardin qui avec les premiers gels s’est déshabillé et montre tout «ce qui ne va pas» ! Il suffit pourtant de remarquer les plantes à l’allure fragile qui, stoïques, vont persister et affronter l’hiver (corydalis cheilanthifolia), les hellébores hissant déjà leurs boutons d’un joli vert tendre (hellébores foetidus et argutifolius) ou un arbuste planté il y a moins de trois ans qui décidemment cette année a beaucoup grandi …pour se redonner du cœur à l’ouvrage.

2 commentaires:

emma a dit…

Quelles belles gouttelettes pour cette petite feuille!

Dis moi le fumier en granulés, je trouve ça où?? Et il faut en mettre combien? Et comment ? en vrac ou bien faut le remuer dans la terre??

Est ce que crois que c'est trop tard pour planter un pommier?
merci m'dame

Dominique a dit…

Primo, le fumier en granulés, oublier les jardineries "classiques" (hormis Botanic, dans l'est français, engagé dans l'anti-chimie) et rechercher les coopératives ouvertes au public mais qui d'abord s'adressent aux professionnels, collectivités et espaces verts (exemple: la CAMN dans l'ouest). On trouve en grands contenants avantageux(sacs de 20,25...40kgs) engrais organiques, fumier, corne broyée, sang séché, 3 trésors de santé. Sont vendues des productions locales non absorbées par de grands chimiquiers...(avant j'utilisais ce devenu fameux fumier/algues...qui valait effectivement de l'or!)

On en met peu, quelques poignées à la volée autour des plantes, à l'automne et au printemps, on griffe et arrose si l'on veut (autrement on paille par-dessus, exemple: à l'automne le paillage naturel des feuilles mortes et les tailles de vivaces), la pluie réhydratera tout çà et les petites bêtes feront le reste...

C'est le bon temps de planter des arbres: la terre avec les pluies récentes s'est enfin humidifiée en profondeur, elle est facile à travailler....et les racines nouvellement transplantées ne risquent pas de se dessécher. J'ai moi-même retardé des plantations pour cela. Ne pas oublier de poser un tuteur au fond du trou lors de la plantation (....j'en parle d'expérience...).

Bonnes cultures.