jeudi 5 juillet 2018

Avis de recherche...

...lancé pour identifier ces 5 hortensias. Ils ont au moins 25 ans (voire 40...), des résistants restés sans soin pendant une dizaine d'années. Tous dans ce sol acide fleurissent "en bleu". Ayant surtout des affinités avec les hydrangeas serrata, j'avoue que sur les h.macrophylla," je suis collée". L'avis de recherche n'ayant rien donné, il fallait inverser les investigations. Les comparer (dans les catalogues de producteurs et les ouvrages spécialisés) avec les descriptifs et photos d'hortensias "classiques" connus de longue date donne de quoi s'amuser au jeu "et si c'était?"
 
L'inconnu n°1 : Un macrophylla à tête plate, très grand (presque 2,50m de haut sur 1,50m de large), planté au nord-ouest, à l'ombre hormis une heure en fin de journée. La floraison ne dure pas et les fleurs fanées n'ont pas d'intérêt. Et si c'était l'hydrangea macrophylla Teller Blaumeise (créé par Teller en 1979)? 

L'inconnu n°2 : A l'inverse cet hortensia assez grand (+ de 1,50m) est magnifique à l'arrière saison : les fleurs très bleues virent au vert jade et rouge lie de vin.  
Fleurs et feuilles sont dentées, les jeunes tiges noires (intérêt supplémentaire). 
Planté sur la façade nord il ne reçoit jamais le soleil, ce qui lui convient manifestement fort bien. Et si c'était l'hydrangea nigra? Oui mais les sépales des fleurs du "nigra" ne sont pas dentés et les tiges de celui ci-dessus sont noires seulement lorsqu'elles sont jeunes.  Ou alors l'hydrangea macrophylla Europa aux sépales très dentés? ou encore Renate Steiniger dont les feuilles ont de grosses dents irrégulières? (cf. Corinne Mallet. Hortensias et autres hydrangeas. vol.2)


L'inconnu n°3 : Celui-ci au contraire végétait à l'ombre dense d'un chêne et je l'ai trouvé malingre, ne fleurissant même pas.  Déplacé à la lumière du matin, il a pris du volume et fleuri dès l'année suivante. 
Il forme maintenant un arbuste tout rond (1,20m d'envergure et de hauteur) avec une floraison très généreuse. Des chances qu'il s'agisse de l'hydrangea macrophylla Générale Vicomtesse de Vibraye (obtenu par Emile Mouillère en 1909).  
L'inconnu n°4 : Orienté ouest mais à l'ombre portée d'un auvent, cet autre hortensia s'étire en hauteur à 1,50m  et cherche la lumière. Il souffre de l'expansion du premier décrit et je prévois de le déplacer.  
Les longues tiges trop faibles ont plié sous les fortes pluies des derniers jours. Peut-être l'hydrangea macrophylla "Enziandom" (un ancien cultivar créé en 1950 par un célèbre obtenteur allemand August Steiniger), reconnaissable par ses pétales pointus.

L'inconnu n°5 : Enfin cette variété plus basse (1m environ) constituait toute une bordure éclairée au soleil de l'après-midi (ardent en plein été). 
Cet hortensia semble mieux apprécier la mi-ombre claire : les premiers pieds transplantés (et paillés) ont bien forci. Les fleurs s'ouvrent en rose avant de virer rapidement au bleu violine.Il reste beau en fin de floraison. Ne serait-ce pas l'hydrangea macrophylla Bodensee? (un "ancien" qui date des années 1950).

Des doutes subsistent mais je souhaitais tenter de redonner un nom à ces beaux inconnus... Parce qu'ils le valent bien! 


2 commentaires:

Unknown a dit…

Pourquoi ne pas contacter le specialiste des hortensias en Bretagne - hortensias du haut bois - ils sont tres competents et serviables...mail: hortensias.fr.

Dominique a dit…

Le prédécesseur et créateur il y a 30 ans de cette pépinière Alain Dussine de la famille Dussine (spécialiste des hydranges sur plusieurs générations)a écrit un ouvrage de référence que je consulte régulièrement. Son frère Paul, lorsqu'il venait régulièrement à la Folie des Plantes à Nantes m'a fait alors découvrir les hydrangea serrata. Depuis mon installation ici et à l'expérience des pépinières bretonnes - les ayant toutes "testées"-, plusieurs vendent des hortensias "bien élevés", sans souci de reprise. J'en citerai au moins trois auprès desquels désormais je me fournis régulièrement : Kervilou à Quimper (pepiniere-kervilou-quimper.fr) d'ailleurs recommandée par Robert Mallet de la collection nationale Shamrock (76), Sous un arbre perché (sousunarbreperche.fr), Lepage bord de mer (pepiniere-bretagne.fr). Des plantes costaudes et résistantes qui sont en capacité de bien s'installer au jardin.