dimanche 16 juillet 2017

Qui l’eut cru ? Un topiaire de chêne

 Les semis de chênes sont une véritable contrainte dans les jardins boisés, particulièrement certaines années lorsque (en toute logique!) les glands sont prolifiques. Ils se répandent en tapis dans l'herbe ou s'insinuent partout entre les arbustes et les vivaces. 
Dans le jardin du Grand Launay, un semis de chêne s'est infiltré au pied d'une marche. Le jardinier a décidé (pour le moment?) de le tailler en boule. De quoi jouer en double voire en  triple avec le buis et l'if voisins.


2 commentaires:

Berthille a dit…

Mais en voilà une très bonne idée à tester, d'autant qu'avec son feuillage marcescent, un chêne est très joli en hiver. J'arrache des dizaines ? centaines ? de petits semis chaque année, je ne devrais donc pas avoir de mal à trouver un joli petit sujet.

Dominique a dit…

A l'ouest comme à l'est, même combat! J'ai découvert cette corvée ici et ne m'en sors pas évidemment. Certains semis partent à la main, d'autres pas du tout. Ils repoussent ...et leur racine pivotante grandit rapidement. J'ai constaté que juste après un arrosage, la terre meuble permet de les arracher plus facilement. Cet hiver dans des endroits stratégiques je compte essayer la gouge à asperge et sur des espaces entre les jeunes hydrangeas carrément la grelinette. Si d'autres techniques sont efficaces, je suis preneur...